immobilier Marrakech

Le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc en général est l’un des principaux piliers de l’économie nationale. À cet effet, les évolutions que l’on y observe sont d’une grande importance et influencent pratiquement tout le système économique local. Depuis quelques années, le secteur se remet progressivement des nombreuses crises qui ont affecté non seulement le royaume, mais aussi le monde dans son ensemble. On constate ainsi des changements dans les tendances des prix et des habitudes vis-à-vis des biens proposés sur le marché. Lorsque l’on fait un cumul, on se rend compte qu’au Maroc, tous les signes suggèrent que les prix stagnants et peu élevés continueront de l’être durant les premiers mois de l’année 2015.

Selon les avis des spécialistes du secteur de l’immobilier à Marrakech et au Maroc, les crises ont affecté tous les secteurs de l’économie, pas que l’immobilier. Toutefois, on constate depuis le mois de mars 2014 que les programmes dits « bon marché » sont de plus en plus sollicités. Ce qui est paradoxal puisque les clients se tournent vers les programmes moins chers et ils ont des exigences de plus en plus élevées. L’idéal pour eux serait d’avoir des programmes à bon prix, mais avec des performances intéressantes. Où est le juste milieu ? Quel est le bon rapport qualité/prix ? Le mois de décembre était positif sur le plan des ventes, le mois de janvier 2015 n’a pas confirmé cette tendance, avec une baisse des ventes manifeste. La demande est présente et forte, il revient aux prestataires et aux promoteurs de proposer des produits en accord avec les attentes de qualité et de prix des acquéreurs. Ce qui n’est pas toujours aisé.

Pour ce qui est des prix, on observe dans le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc, une légère hausse des prix, surtout pour les projets en périphérie, tant est-il qu’ils soient livrables. On ne devrait pas observer de hausse des prix durant l’année, puisque la situation n’y est pas très favorable. En effet, même si l’offre est assez rare, les conditions d’obtention de crédits sont de plus en plus compliquées pour les acquéreurs. La concurrence des produits immobiliers portera principalement sur les prix afin de maximiser le nombre de ventes. De cette manière, les clients pourraient voir augmenter le nombre de produits à des prix raisonnables, autour de 8500 dirhams/m² et 12 000 dirhams/m².

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation