Location de Villa à Essaouira au Gol

Parmi les assurances qui existent dans le secteur de l’habitation, l’une des plus connues est l’assurance tous risques. Il s’agit d’une assurance à laquelle on peut souscrire après avoir signé un contrat de bail ou un contrat de vente. Cette assurance protège contre les accidents du quotidien : les incendies, les inondations, etc. Cette assurance comprend la responsabilité civile qui permet de rembourser les pertes même lorsque les dégâts sont causés par une tierce personne. À ces options de base, nombreuses sont les compagnies d’assurance qui proposent des options supplémentaires comme une assurance pour les piscines, les hammams, etc. Ainsi chaque client peut obtenir une assurance parfaitement adaptée à sa situation. Si vous êtes propriétaire et bailleur d’un bien immobilier à Essaouira, vous pouvez demander à votre colocataire de souscrire à cette assurance et de vous fournir une attestation d’assurance. Ainsi vous aurez la preuve que votre bien est assuré tous les ans. Vous pouvez vous rapprocher de votre agence immobilière à Essaouira afin d’obtenir de plus amples informations.

Il est préférable de conserver avec beaucoup de soin les factures de tous les équipements que vous achetez, surtout le matériel électrique et électronique. Ainsi, vous pourrez jouir de la garantie valeur à neuf. On retrouve également l’assurance propriétaire non occupant qui concerne les propriétaires qui louent leur bien à titre d’habitation, de bureau ou de local professionnel à des tiers. Cette assurance sert à couvrir les dommages que votre bien pourrait subir, ainsi que les dommages causés à un tiers dans l’habitation ou dans les parties communes y afférents. Les agences immobilières à Essaouira peuvent vous donner des conseils dans ce sens, si vous vous retrouvez dans une telle situation.

L’assurance sur le crédit immobilier est une assurance qui assure les personnes souhaitant acheter un bien immobilier grâce à un crédit immobilier. Pour que le crédit immobilier vous soit accordé, il est pratiquement obligatoire que vous ayez souscrit à une assurance qui permettra de couvrir l’emprunteur, et prendre en charge les risques liés au non-paiement en cas de problèmes. Avec cette assurance, c’est l’assureur qui sera responsable du versement des mensualités auprès de l’organisme prêteur. Pour les emprunts on distingue différents niveaux d’assurance. Vous pouvez vous rapprocher de votre agence immobilière à Essaouira pour obtenir ces informations. Les différentes assurances pour les emprunts sont l’incapacité totale, les décès, l’incapacité temporaire de travail et chômage.

vente villa à Marrakech

Le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc est en constante évolution. Les différents acteurs sont de plus en plus impliqués afin d’encourager non seulement les investissements, mais également susciter l’intérêt des acheteurs. L’objectif étant de satisfaire la demande en logements qui est de plus en plus supérieure à l’offre disponible. Chacun des acteurs du secteur intervient à sa manière dans l’aboutissement de ces objectifs, afin que l’ensemble du processus soit facilité. Les notaires ont fait un pas de plus dans le développement de leur profession. Un pas qui sera profitable pour la plupart des notaires, particulièrement ceux de la ville de Casablanca. En effet le rôle des notaires est de légaliser, ou plutôt de rendre officiels la plupart des documents qui entrent dans la procédure de construction d’un bâtiment. Il faut donc dire qu’il est impossible de construire un bâtiment si l’on ne s’alloue pas les services d’un notaire.

Les notaires travaillent avec une agence immobiliere à Marrakech qui mettent en place de nombreux projets d’envergure dans le secteur immobilier à Marrakech, Casablanca, Rabat et les autres grandes villes du Maroc. Actuellement, les promoteurs immobiliers de la ville de Casablanca sont appelés à dispatcher leurs dossiers entre les différents notaires de la cité capitale. Il s’agit d’une initiative de l’Ordre régional des notaires de Casablanca qui a choisi de se servir d’un système de dispatching des dossiers, afin que tous les cabinets de notaires à Casablanca accèdent aux projets immobiliers qui se développent dans la ville. Pour mettre en œuvre cette nouvelle stratégie, le président de l’Ordre a fait parvenir aux différents promoteurs, qu’ils soient publics ou privés, des correspondances les invitant à collaborer avec l’Ordre. Ainsi, chaque promoteur pourra confier ses projets aux notaires en fonction de la situation géographique desdits projets.

Cette démarche permettra qu’il y ait une plus grande équité entre les différents cabinets, mais également que les jeunes notaires récemment installés dans la ville puissent avoir de l’activité et acquérir de l’expérience et de la notoriété. L’Ordre valorise ainsi le principe d’égalité des chances. Les premières correspondances ont été adressées par l’Ordre aux entreprises publiques développant des projets immobiliers à Casablanca, Marrakech ou ailleurs. Il s’agit notamment de sociétés comme Al Manar qui a initié le projet de la Marina de Casablanca. Nous pouvons également citer CDG Développement, l’Agence d’aménagement de Zénata, l’Agence d’urbanisation et de développement d’Anfa, etc.

vente villa au Maroc

Le secteur immobilier à Marrakech est en cours de développement avec de nombreux projets qui y sont en cours de réalisation. Parmi les nombreux projets en cours, nous pouvons citer un projet ambitieux : « health care city » qui peut être traduit par cité de la santé. « Health Care City » est certes un projet immobilier, mais c’est également un projet hautement luxueux et touristique consacré à la santé, il s’agit d’une cité et d’un village. Ce projet est le premier du genre réalisé au Maroc. Il entre dans le plan de développement médical et touristique au Maroc à l’horizon 2020. Rappelons que la ville de Marrakech occupe une place de choix dans ce plan de développement. La niche visée par ce projet est celle du tourisme de santé senior. Les bâtiments seront situés sur l’avenue Mohamed VI à Marrakech. Le projet jouit de plusieurs avantages : le climat agréable de la ville de Marrakech, l’urbanisme de style arabo-berbère et l’orientation vers un développement durable.

Ce projet de grande envergure se déclinera en 160 lits de niveau international, répartis dans 60 chambres. On y retrouvera également 7 blocs opératoires aménagés avec des équipements allemands TRIUMPH de dernière génération, 11 500 m² du terrain seront bâtis. L’ensemble comprendra également 3 hôpitaux de jour comprenant 24 lits, un service de néonatologie, une maternité avec 3 blocs, un service de radiologie et d’oncologie de 1000 m², 2 blocs d’urgence ainsi que des services de dialyse, de pharmacie, d’intendance, de laboratoire, etc. Ce bijou de l’immobilier à Marrakech est prévu à quelques minutes des différents parcours de golf, de l’aéroport et du centre-ville.

La cité de la santé est un projet innovant qui a pour objectif principal l’amélioration de la vie et le prolongement de celle-ci en pleine forme. Les personnes qui y résideront trouveront un cadre élégant et sûr, avec de grandes chambres bien éclairées, des soins médicaux prodigués par des professionnels, avec un matériel de dernière génération. Parmi les biens immobiliers d’envergure à Marrakech, celui-ci fera la différence. Non seulement il améliorera l’offre touristique de Marrakech, mais aussi son offre en termes de santé et en immobilier. Le personnel d’administration et technique sera essentiellement constitué de professionnels de la santé faisant preuve d’excellentes compétences. « Health Care City » est un projet du groupe émirati Attaswiq.

vente villa à Marrakech

Dans un monde où les préoccupations pour le climat et la protection de l’environnement sont existantes et pressantes, l’une des villes du Maroc a abrité le premier Green Growth Academy, durant le mois de septembre par la Confédération Générale des Entreprises du Maroc en abrégé CGEM. Le principal sujet de cet évènement était « les villes intelligentes ». Pouvons-nous espérer que l’immobilier à Marrakech ou dans les autres villes du royaume suive cette tendance ? Selon les chercheurs étant intervenus à ce sommet, l’urbanisation des villes du Maroc et du monde en général est inéluctable. Selon le ministre de l’urbanisme, à l’heure actuelle, 60% des Marocains vivent dans les villes et ce pourcentage pourrait passer à 70% dans environ dix ans. Et tous les acteurs doivent s’impliquer dans le processus de durabilité, y compris les habitants et les acteurs du secteur de l’immobilier avec cotemedina à Marrakech.

1000 milliards de dirhams pour un immobilier et des villes intelligents

Le besoin de durabilité entraînera un changement dans le comportement des populations et dans les méthodes de gestion des différentes villes, un processus qui coute assez cher. Si l’on se fie aux propose du vice-président général de la CGEM, Salah-Eddine Kadmiri, un investissement minimal de 1000 milliards de dirhams sera nécessaire pour que le Maroc s’adapte d’ici 2016 et que les villes soient mises à niveau. On se rend compte quand même que des modèles d’urbanisme aient montré leurs faiblesses, notamment New York, M asdar city à Abu Dhabi qui ne sont pas des modèles de réussite. Espérons que l’immobilier à Marrakech trouvera le chemin et les bonnes méthodes pour devenir une ville intelligente, tout comme les autres grandes villes du royaume.

En fait, il n’existe pas de modèle exemplaire pour les villes intelligentes, ce qui rend le processus d’adaptation et de mise à niveau à l’échelle mondiale assez compliqué. Une chose est sûre par contre, la ville intelligente n’a rien à voir avec le principe de ville nouvelle, une ville intelligente n’a pas besoin d’être nouvelle. Selon Claude Rochet, les études ont prouvé que bâtir une nouvelle ville nécessite beaucoup plus d’investissement financier que de remettre la gestion d’une ville déjà existante à niveau. Plusieurs failles ont été présentées au niveau du Maroc, notamment la ségrégation spatiale, car le cadre urbain n’assure pas les droits de chacun des citoyens. Une façon de dire que dans un environnement immobilier comme celui à Marrakech, les citoyens ne profitent pas comme il se doit des espaces de la ville. En définitive dans le contexte d’une ville intelligente, les considérations humaines doivent être intégrées afin que les ceintures de pauvreté qui entourent les grandes villes du Maroc ne doivent plus exister. En termes d’humanisation, il faut s’écarter de la notion sélective des villes dites « intelligentes » et faire en sorte que chaque citoyen ait un accès égal aux différents services afin de se les approprier réellement. Dans le cas contraire, c’est une violence urbaine que l’on fait subir à ceux qui n’ont pas de moyens financiers.

achat riad de luxe à Marrakech

De plus en plus de personnes souhaitent acheter un Riad à Marrakech. Très souvent ce sont des particuliers nationaux ou étrangers qui souhaitent avoir une résidence secondaire dans la cité ocre. Marrakech est sollicitée parce qu’elle offre un climat agréable tout au long de l’année et les conditions entourant le secteur immobilier sont faites pour encourager l’investissement, principalement celui des étrangers. Généralement, avant d’effectuer ce type d’achat, qui est lourd financièrement, les futurs acquéreurs sollicitent un crédit afin de combler leur manque de trésorerie. Avant de se lancer dans la demande de crédit, l’idéal est de se renseigner autant que possible et savoir quelles sont les conditions qui permettent d’avoir un bon dossier et augmentent les chances d’obtenir un crédit. Rappelons-nous que le dossier est la plateforme d’expression qui vous permettra de convaincre l’agent Immocomplice de l’établissement de crédit.

Conditions autour de l’obtention d’un crédit

Le premier élément à rechercher avant de constituer un crédit pour effectuer des achats de Riad à Marrakech est sa capacité d’endettement. En règle générale, la capacité d’endettement équivaut à environ 40% ou 50% de son revenu mensuel. De plus, le revenu détermine aussi la somme et le taux d’intérêt qui vous sont accordés. Deuxièmement, avoir un apport personnel dans le cadre de son achat est un facteur encourageant, cela est considéré comme une garantie par les organismes de financement. À ces deux facteurs, viennent s’ajouter d’autres facteurs liés à votre situation générale, comme votre situation professionnelle, notamment votre statut, les années d’expérience que vous accumulez et le type de contrat dont vous bénéficiez. Les personnes jouissant d’un CDI depuis plusieurs années ont donc plus de chances d’obtenir un crédit pour logement que les personnes en CDD.

Le fait d’avoir des économies est également un point en votre faveur du demandeur, parce que cela donne l’impression que la personne sait gérer son argent et qu’il pourra donc rembourser son crédit. Avant de vous lancer dans une demande de crédit pour un achat de Riad à Marrakech, vous pouvez faire une simulation de crédit sur internet, ce qui vous permettra d’avoir une idée du montant que l’on pourra vous accorder ainsi que des intérêts que l’on pourrait vous exiger. Il est important de vous rappeler que plus la durée de remboursement du crédit est longue, plus le taux d’intérêt sera élevé. Vous voilà équipé pour affronter le monde des demandes de crédit immobilier.

immobilier Marrakech

Le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc en général est l’un des principaux piliers de l’économie nationale. À cet effet, les évolutions que l’on y observe sont d’une grande importance et influencent pratiquement tout le système économique local. Depuis quelques années, le secteur se remet progressivement des nombreuses crises qui ont affecté non seulement le royaume, mais aussi le monde dans son ensemble. On constate ainsi des changements dans les tendances des prix et des habitudes vis-à-vis des biens proposés sur le marché. Lorsque l’on fait un cumul, on se rend compte qu’au Maroc, tous les signes suggèrent que les prix stagnants et peu élevés continueront de l’être durant les premiers mois de l’année 2015.

Selon les avis des spécialistes du secteur de l’immobilier à Marrakech et au Maroc, les crises ont affecté tous les secteurs de l’économie, pas que l’immobilier. Toutefois, on constate depuis le mois de mars 2014 que les programmes dits « bon marché » sont de plus en plus sollicités. Ce qui est paradoxal puisque les clients se tournent vers les programmes moins chers et ils ont des exigences de plus en plus élevées. L’idéal pour eux serait d’avoir des programmes à bon prix, mais avec des performances intéressantes. Où est le juste milieu ? Quel est le bon rapport qualité/prix ? Le mois de décembre était positif sur le plan des ventes, le mois de janvier 2015 n’a pas confirmé cette tendance, avec une baisse des ventes manifeste. La demande est présente et forte, il revient aux prestataires et aux promoteurs de proposer des produits en accord avec les attentes de qualité et de prix des acquéreurs. Ce qui n’est pas toujours aisé.

Pour ce qui est des prix, on observe dans le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc, une légère hausse des prix, surtout pour les projets en périphérie, tant est-il qu’ils soient livrables. On ne devrait pas observer de hausse des prix durant l’année, puisque la situation n’y est pas très favorable. En effet, même si l’offre est assez rare, les conditions d’obtention de crédits sont de plus en plus compliquées pour les acquéreurs. La concurrence des produits immobiliers portera principalement sur les prix afin de maximiser le nombre de ventes. De cette manière, les clients pourraient voir augmenter le nombre de produits à des prix raisonnables, autour de 8500 dirhams/m² et 12 000 dirhams/m².

vente villa à Marrakech

Le secteur immobilier à Marrakech est un peu comme celui du Maroc dans l’ensemble. On observe des variations et des changements qui sont causés par les influences de l’environnement. Rappelons que le secteur immobilier est l’un des piliers de l’économie marocaine. En fin d’année 2014, on observait un secteur immobilier en bon état alors que durant le mois de janvier 2015 on a observé une stagnation. Actuellement, les prix baissent, rejoignant ainsi la tendance à la baisse que l’on observe dans le secteur depuis quelques années. En effet, le mois de février 2015 affiche une baisse des prix à hauteur de 1,2% alors que pendant les trois derniers mois on a assisté à une augmentation cumulée de 1%. Une chose est certaine, les changements dans les principales villes du Maroc se confirment, surtout dans la ville de Casablanca qui fait face à la baisse d’activités que le marché connait.

Pour le mois de février, on observe que dans la ville de Casablanca, le prix moyen d’un bien est de 15 692 dirhams, présentant ainsi une baisse de 1,4% en comparaison au mois de janvier 2015. Toutefois, la baisse la plus importante se fait voir dans la ville du détroit à hauteur de 4,4% avec des prix moyens de 9 715 dirhams. Est-ce que cette situation a une influence sur la demande du marché ? La réponse est presque évidente. Une baisse de cette ampleur a vu le nombre de demandes pour les biens mis en vente augmenter à hauteur de 66% seulement pour le mois de février 2015, en comparaison aux 61% que l’on a enregistrés durant le mois de janvier. En tête du classement se tient la ville de Fès avec 76% des demandes enregistrées, vient ensuite la ville de Tanger.

Si on veut organiser les demandes de biens immobiliers à Marrakech et au Maroc, en fonction du type de biens, nous obtenons des résultats étonnants. 81% des sollicitations concernent les biens de type appartement. S’agissant des superficies, les grandes surfaces, destinées aux familles, c’est-à-dire 100m² minimum attirent beaucoup de personnes. Que ce soit pour l’achat ou pour la location. La demande continue  d’augmenter progressivement dans l’ensemble des villes et les experts espèrent que la situation trouvera une issue qui satisfera tout le monde. Quelles sont les méthodes pour redynamiser le secteur ? Et est-il possible de faire des pronostics sur les ventes futures dans ces conditions ?

Incoming search terms:

  • immobilier marrakech statistiques

secteur immobilier au Maroc

Depuis quelques années, jusqu’en 2014, on observe un secteur immobilier aux tendances fluctuantes. Les prix affichent une tendance générale à la baisse, avec des périodes de hausse. Les variations ne sont généralement pas les mêmes, elles diffèrent selon les régions et les villes. L’immobilier à Marrakech et au Maroc affiche une diminution des prix qui se chiffre à environ 1,2% en opposition avec la hausse de 1% que l’on observait durant le dernier trimestre de l’année 2014. Toutefois, les biens immobiliers mis à disposition sur le marché marocain deviennent plus accessibles pour un certain type d’acquéreurs. Ce sont principalement les futurs acheteurs bénéficiant d’un financement et d’un pouvoir d’achat certain. Grâce à cette situation, les biens se vendront beaucoup plus facilement, tant que les biens seront proposés aux prix du marché et qu’ils seront de bonne qualité.

Selon les professionnels, on observe la tendance actuelle et on la dépeint, pourtant il reste difficile actuellement d’émettre des avis sur la situation du secteur immobilier à Marrakech et au Maroc tout au long de l’année 2015. C’est seulement à partir du mois de mai que les tendances de vente pourront se préciser. Tous les intervenants du secteur doivent s’investir afin que l’activité immobilière reprenne avec beaucoup d’envergure. Les promoteurs du secteur peuvent intervenir en proposant des biens diversifiés, surtout ceux destinés à la classe moyenne. Pour assurer la bonne qualité des biens commercialisés, les promoteurs doivent aussi implémenter une charte de qualité dans l’ensemble des processus qui interviennent de la construction jusqu’à la livraison des bâtiments. Autre acteur, les organismes de financements qui devraient accompagner les couches sociales à faibles revenus dans le processus d’acquisition de biens. L’État en tant que principal acteur administratif devrait simplifier les procédures pour les promoteurs.

Toujours selon les professionnels du secteur, le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc a connu en 2014, un tassement des demandes et des prix. Au vu de la crise qui a frappé le pays, on observe que les clients sont devenus plus exigeants en ce qui concerne la qualité des produits qu’ils souhaitent acquérir. Conséquence de ces exigences, les prix proposés par les futurs acheteurs sont inférieurs aux prix demandés par les promoteurs. Toujours selon le même point de vue, l’année 2015 ne sera qu’une continuité des évènements de l’année 2014. On assistera, au cours de l’année à des périodes où les prix n’augmenteront pas, quoi qu’il en soit l’offre devra être revue à la baisse afin de répondre à la demande actuelle.